23 conseils pour bien débuter votre désencombrement

Désencombrer mon intérieur m’a fait réaliser une chose importante : trop de choix tue le choix ! Je ne sais pas pour vous, mais lorsque que je me rends dans une grande surface pour acheter une chose précise, l’abondance de choix, de goûts, de couleurs, de tailles … me fait tourner la tête. Aux États-Unis, le rayon des boissons gazeuses compte plusieurs dizaines de choix, si bien que l’on ne sait plus quoi prendre.

C’est vrai qu’il y a encore vingt ans, si nous voulions acheter des pommes, on devait choisir entre trois variétés au supermarché et basta... Mais aujourd’hui c’est la folie, il y a cinq variétés différentes au niveau du goût, et ensuite on joue avec le packaging et le gabarit pour nous en vendre encore plus. Un sachet de 1 kg de golden, 1 sachet d’un assortiment de chaque, un autre packaging vous la proposera déjà coupé en tranche … etc

On se retrouve là, entouré(e) de senteurs artificielles, les sens en éveillent à bloquer pendant dix minutes, alors qu' à la base : on voulait juste acheter des pommes !! Bref, vous voyez ou je veux en venir. Plus on a de choix, plus on veut tester de nouvelles choses, donc plus on achète du superflu. Je suis d’ailleurs certaine que comme chez moi, vous avez aussi dans votre maison, plusieurs objets ou choses en quantité hallucinante. Pour vous aider dans votre désencombrement, j’ai décidé de vous dresser une liste de toutes ces choses dont nous pourrions réduire la quantité tout en conservant la qualité.

A vos marques …. Prêt………… PARTEZZZZZZZZZZZZZZ

1) Sélectionner ses livres

Bon celui-là c’est le plus évident. Entre ceux que l’on nous a offert, les classiques que l’on a tous étudiés un jour, les incontournables que les amis nous on dit « il faut absolument que tu le lises ». On se retrouve vite face à une bibliothèque conséquente. Et pourtant, si la copine nous conseille le dernier 50 nuances de tartiflette, peut-être qu’elle peut tout simplement nous le prêter. Car au bout du compte, c’est le contenu qui nous intéresse, pas lenveloppe extérieure. Avons-nous besoin de posséder toute la collection des encyclopédies Universalis pour avoir l’air intelligent ? Aujourd’hui on se cultive en 2.0, et la liseuse est la meilleure amie des apprentis minimaliste bibliovor !!!!

désencombrer sa bibliothèque en numérisant

2) Se séparer de ses DVD

Quoi !!! A l’aire de Netflix, des sites de téléchargement et autres distributeurs de films vous vous encombrez encore de trois étagères de DVD. On a tous des films préférés, mais on a tous acheté des nanars que l’on a vu pour dire :  "je l’ai vu..." et relégués dans le fond de l’étagère !! Ne gardez que les meilleurs et accrochez les autres dans le cerisier pour faire fuir les oiseaux ou donnez-les à votre petit neveu pour qu’il s’exerce au lancé de disque !!

3) Trier ses torchons/chiffons/serviettes

Spéciale dédicace à mon papa, collectionneur de chiffons et autres vieux pyjamas troués pour bricoler. Lorsque j’ai abordé avec lui l’idée de faire du tri dans les armoires (oui j’ai bien écrit LES armoires) il ne voulait rien jeter mais tout garder pour en faire des chiffons. J’ai rempli 3 sacs poubelle de 120 litres de vieux draps de lit !! Combien de torchons avons-nous besoin pour la vie de tous les jours ? Je me suis souvent posée la question, pour la cuisine, sachant qu’on le change une à deux fois par semaine si on cuisine beaucoup, je pense que 10 peuvent faire l’affaire. Si vous êtes un bricoleur, un artiste peintre, un super mécano, gardez 10 morceaux de chiffon dans votre atelier, c’est déjà pas mal. Pour les serviettes de table, une par personne en deux exemplaires, et cinq bavoirs pour le bébé.

4) Alléger sa vaisselle

Je suis sûr que vous êtes nombreux à vous demander combien de vaisselle est nécessaire. Pour cela, il suffit de se demander combien de convives vous avez l’habitude d’inviter. Je ne parle pas du nombre max que votre maison peut contenir. Si vous avez un groupe de 8 amis avec lesquels vous avez l’habitude de faire des repas alors 10 à 12 couverts sont suffisants. Si vous vivez a deux et que vous ne recevez jamais alors un service de quatre couverts est idéal. Et si vous avez prévu un baptême, un gros anniversaire, vous pouvez louer vaisselle, table et chaise à votre commune ou l’emprunter à de la famille.

5) Faire le ménage dans ses épices

Bon, j’avoue que là, on touche mon talon d’Achille. J’ai une vraie collection d’épices, que j’ai ramenées de voyages. Mais pour ma défense, je les utilise toutes !! Pas toujours comme il le faut et j’ai bien souvent provoqué quelques incendies buccaux … « Ah merde, c’était pas du paprika ! » oupssssss Il faut savoir que les épices se périment et qui faut les garder dans un endroit bien sec, sinon elles moisissent. Lorsque j’ai vécu en Guyane, j’en jetais tous les mois à cause de l’humidité ambiante. Un petit conseil, choisissez vos préférées, celles que vous utilisez le plus, je pense que 5 c’est déjà pas mal. Et si vous voulez en racheter d’autres, il faudra attendre d’en avoir fini une.

La fameuse règle, du "un objet rentre un autre sort !"  Vous ne l’aviez pas oublié celle-là …

6) Sélectionner ses draps

Tous les ans à peu près à la même époque en février, il y a des super promos sur les draps !!! Vous regarderez, c’est plus ou moins toujours à cette époque, ou il fait froid, moche, gris et ou on a qu’une envie c’est d’adopter la mode du Hygge de nos voisins Danois. Les promos, les draps récupérés de votre mamie partie en maison de retraite, sans compter que les enfants sont passés à un lit de 160 alors pourquoi conserver les draps de leur petit lit.

Combien ? Mais combien nous en faut illlllllllll ? La réponse est logique : 2 sets de drap par lit.

Comme cela, on fait un roulement et on évite d'en abandonner au fond de l’armoire avec les mites !

7) Désencombrer ses accessoires

Dans le tri de votre garde-robe, il faut aussi jeter un œil aux accessoires. Inutile d'avoir 12 ceintures, 15 cravates, 8 nœuds papillon …

Créez votre style, choisissez ceux que vous préférez et évitez les trucs à strasse et paillette qui brille surtout de leur médiocre qualité !

Pour madame, un tri dans vos accessoires de cheveux est indispensable.

Personnellement, j’ai des longs cheveux et suis toujours à la recherche d’un élastique. Je me souviens de ma mère qui les achetaient par paquet dans les foires-fouille. Ils étaient de piètre qualité, et je les perdais sans arrêt. Bon, j’ai découvert par la suite que le chat adorait jouer avec … Tout cela pour dire de choisir des élastiques de bonne qualité et de les accrocher à la brosse à cheveux pour pas les perdre. Au pire si le chat les veut, il devra prendre la brosse avec et du coup, c’est nettement moins discret.

désencombrement de ses accessoires de toilette
"je m'appelle Dale ... j'ai ouvert les tiroirs de ma maman et volé ses élastiques à cheveux !!! J'adore les jeter en l'air et les rattraper au vole, j'adore ça !!"
 

8) Désencombrement des stylos et autres crayons...

Que ceux qui ne jettent pas les stylos qui ne marchent plus, lève la main !!!

C’est dingue quand on y pense, un vulgaire Bic qui ne marche plus et hop on le remet dans le fond de notre sac… au lieu de le jeter. C’est débile, surtout que dès que l’on aura besoin d’écrire un truc, on va à chaque fois le ressortir et se dire « Merde, c’est vrai qu’il marche pas » L’être humain est parfois bizarre . Mais bon, maintenant qu’on en a parlé, il est temps de faire quelque chose...


Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez notre team minimaliste.

    "Le BONHEUR est dans la simplicité"

Minimalisme moderne : être plutôt qu'avoir


9) Bien organiser ses cosmétiques

Je me souviens encore de ma grand-mère, elle avait pour toute cosmétique, un vernis rose pour les mains, un rouge pour les ongles des pieds et un rouge à lèvre rouge. C’est tout … On est bien loin de la maxi palette de fard à paupière en vingt couleurs différentes, de la collection de vernis de ma belle-sœur, et de toutes les crèmes, soins, masque pour la peau … On en a déjà parlé, les cosmétiques se périment, elles ont d’ailleurs des indications sur leurs emballages. Alors vérifiez bien et en cas de doute … poubelle. Ce serait dommage de se retrouver avec une éruption cutanée. Enfin comme pour votre garde-robe, avec le maquillage vous devez aussi trouver votre style. Inutile de garder un tas de couleur qui ne vous mettent pas en valeur.

Choisissez peu mais mieux, parole de minimaliste.

10) Se débarrasser de ses produits ménagés

C’est dingue comme aujourd’hui on a des produits pour nettoyer tout et rien. Un produit pour chaque chose et chaque chose à son produit. Bien sûr, inutile de dire que c’est hyper-toxique. Il est moins nocif de laisser son bébé se rouler par terre dans le jardin, que de lécher le carrelage de la cuisine fraîchement nettoyé à la javel. Rendez-vous le meilleur des services pour votre santé et celle de votre famille. Jetez toutes ses m***** et investissez dans du vinaigre blanc, du savon noir et du bicarbonate. Vous trouverez toutes les recettes dont vous avez besoin pour nettoyer votre maison, avec ses produits, sur YouTube.

11) Désencombrement des contenants

17, 18, 19 …. 24 !! Oui, j’ai 24 Tupperwares dont 3 sans bouchon !!! Alors je sais que pour deux personnes ça fait beaucoup, mais je dois vous avouer qu’il y a quelques années, j’ai eu une subite passion pour les boîtes en plastique. J’en ai achetées de toutes les formes, les tailles, les couleurs … Bref, j’ai carrément craqué ! Mais depuis que je participe aux réunions des Tupperwares addict anonyme 😉  je suis sobre, je n’en ai pas acheté depuis 3 ans !! Si vous êtes dans la même situation que moi, je vous assure que ce n’est pas de votre faute, et que ça se soigne. Boîte en plastique, en verre, ou en métal … On a tous la folie des contenants alimentaires « elles sont trop mignonnes ces petites boites !! » Combien de contenant alimentaire ai-je besoin ? Pour une famille de 4, inutile de garder des trop petites boîtes, préférez en prendre une grande que vous compartimenterez comme dans les bentos japonais.

Désencombrer ses boîtes et tupperwares Personnellement, je vous dirais que 6 grands et 4 moyens sont largement suffisants pour 4 personnes. Une fois tous vos contenants utilisés, c’est le signe qu’il est temps de manger ce qu’il y a dedans, sortez-les du congélateur et renouvelez le stock ultérieurement.

12) Bien ranger ses outils

Pour les aficionados du tournevis, les pros de la bricole, les passionnés du démontage... Il est temps de faire un tour dans votre atelier et de trier vos outils. Nul besoin d’avoir 4 cruciformes, 5 tournevis plat, 2 perceuses et 6 kilos de vis et boulons. On fait de super machine tout-en-un maintenant, et si vous préférez travailler à l’ancienne et uniquement à la force de vos mains, alors choisissez l’outil le plus solide, votre préféré et donnez son doublon à une association de bricoleur.

13) Organiser ses condiments

Lorsque j’ai décidé de revoir mon alimentation et de me tourner vers le végétarisme, j’ai passé pas mal de temps sur des blogs de cuisine, végan, sans gluten … etc Du coup, pour essayer de faire leur super recette, je me suis retrouvée à acheter des condiments un peu spéciaux, ex : huile noisette, huile de carotte, vinaigre de framboise, de rose, graines de chia… Aujourd’hui j’ai décidé de tout simplifier parce que sinon, je ne m’en sors plus. J’ai donc conservé uniquement les condiments dont je me sers le plus : huile d’olive et huile de colza, vinaigre de cidre (dont je me sers en cuisine et en cosmétique) et le vinaigre blanc pour le ménage.

14) Désencombrement de la matière première : farine, sucre, semoule …

Pour les matières premières j’ai dû réduire le stock, car je m’étais un peu enflammé dans ma course au « manger saint » et je commençais à voir une sacrée collection de farine, sucre, lait végétal … J’ai là aussi réduit au strict minimum, 2 sorte de farine (une complète et une blanche), pour le sucre je ne conserve que un gros pot de sucre roux, j’ai dit adieu au sucre en morceau. D’ailleurs pour la petite anecdote, avec tous les pays que j’ai visités, il n’y a qu'en France que les gens achètent du sucre en morceaux, pour tous les autres, c’est un pot de sucre semoule et basta !! Pour les légumineuses aussi, je réduis... je n’en consomme qu’une sorte à la fois, et quand elle est fini, je change. Cette technique m’oblige à finir avant de consommer autre chose, et évite le gaspillage.

15) Trier ses alcools

L’autre jour sur le forum, une femme demandait quel alcool proposer à des invités tout en restant minimaliste, car on ne tient pas tous un troquet. Pour la sélection des apéritifs, je propose ceci.

- 1 alcool blanc pour cocktail : Rhum ou Vodka - un vin cuit : Porto, Pineau des Charente - un anisé (pas pour moi je déteste l’anis) - bière et vin à table

Encore une fois, choisissez en fonction de vos goûts principalement, inutile d’acheter une bouteille de Pastis pour une occasion si personne n’aime l’anis à la maison; sauf si bien sûr, vous recevez un addict du jaune ! Pour les apéritifs festifs de l’été, je propose principalement un cocktail (Caïpirinha, Mojito, Punch, Margarita), de la bière, et un vin. C’est largement suffisant. N’hésitez pas à profiter des fruits et légumes de votre jardin pour proposer des jus maison.

16) Bien choisir ses bijoux fantaisie

Des souvenirs de vacances, aux cadeaux, en passant par la période "je fais des bijoux en perle et autre macramé" … Quand j’ai mis le nez dans ma boîte à bijoux, j’ai passé presque 2 heures à me remémorer d’où cela pouvait venir. Pour faire un tri efficace, j’ai décidé de mettre de côté les bijoux de valeur : or, argent, gourmette, diamant …etc Et d’un autre côté les bijoux fantaisie du moment, bracelet, brésilien, en perle, Indien … Quoi faire de ses bijoux fantaisie qui sont en bon état mais qui ne sont plus à votre goût ? Vous pouvez les offrir à votre tour ou les vendre dans une brocante. Ne conservez que ceux que vous préférez, ou qui vous rappelle un souvenir agréable.


Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez notre team minimaliste.

    "Le BONHEUR est dans la simplicité"

Minimalisme moderne : être plutôt qu'avoir


 17) Trier ses paires de chaussettes

Spéciale dédicace à mon cher et tendre, pour qui les chaussettes est une sorte de passion qui reste encore trouble dans mon esprit. Besoin de s’acheter un pantalon, un chapeau, quoi qu’il s’achète … il rentrera toujours avec une paire de chaussette en plus. Celles-ci finiront comme par magie, par disparaître dans les tréfonds de l’antre de la machine à laver !! Il faudra vraiment qu’un jour, quelqu’un m’explique comment … Et rebelote… Combien de paires de chaussettes avons-nous besoin ? Cela dépend bien sûr de où vous habitez et de vos activités, je vais essayer d’être précise...

Vous aimez faire du sport : 2 à 4 paires de chaussettes de sport sont suffisantes (en fonction de votre rythme) . 5 paires standard, noires de préférence, pour la vie de tous les jours. Enfin 2 paires de chaussettes de ski (Oui chéri, 2 paires seulement 😉 ) sont suffisantes pour survivre aux engelures hivernales.

désencombrement de ses paires de chaussettes
"Je m'appelle Cargo... voici mes trophées"

18) Sélectionner ses couvres-chefs

A chaque saison son couvre-chef, de la casquette au chapeau en paille pour l’été, en passant par le bonnet péruvien et autre cagoule … On finit facilement par se laisser tenter par l’achat d'un panama en vacance, d’un béret un peu stylé « vieille France » et voilà qu’on se retrouve avec des tiroirs pleins.

Avec une seule tête sur les épaules, pas besoin d’avoir une dizaine de chapeaux différents

Le mieux en encore d’en choisir cinq  ou six au maximum (toutes saisons confondus) et de se débarrasser de ceux qui ne nous vont pas ou sont trop abîmés.

19) Désencombrement de ses sacs

Chaque année les magasins qui se disent « à fond la forme » proposent de nouveaux sacs-à-dos de tous les types. J’avoue qu'étant une passionnée de voyages, je me suis retrouvée facilement avec plusieurs sac-à-dos. Du 20 litres au 65 litres, s'il y a bien une chose que le minimalisme m’a apprise, c’est à voyager léger .

J’ai donc dû faire un tri drastique pour n’en conserver que deux, un de 40 litres et un de 20 litres qui sont largement suffisants. Mais il n’y a pas que les sacs de voyage, il y a aussi le sac-à-main et autre pochette tendance qui ont la particularité de se multiplier comme des lapins ! En bandoulière, ou pas, du petit sac au sac fourre-tout, en tissus, cuire, style panier en osier … C’est l’accessoire ultime et indispensable. Sur ce point on est d’accord. Mais avons-nous vraiment besoin d’en avoir un assorti à chaque tenue ? Je suis sûr que trois ou quatre de couleurs assez neutres et de capacités différentes pourrait être suffisant. Il y a celui de tous les jours qui se doit d’être solide et pratique. Un plus petit pour les soirées chics et le sac de plage coloré et fourre-tout pour l’été.

20) Désencombrement des décorations

Je me souviens un jour d’avoir été invité chez des amis qui avaient une décoration spéciale pour chaque pièce. La cuisine provençale, le salon style africain et la salle-à-manger typée asiatique.

J’ai trouvé ça un peu too much, lorsque la maîtresse de maison m’a fait visiter les chambres, je me serais cru dans une émission de déco bien connue ou la présentatrice n’hésite pas à en mettre plein les yeux. C’est justement ça le souci.

En tant que minimaliste, je me suis rendu compte que le côté épuré de la décoration d’une maison, stimulait moins ma vue et laissait plus libre cours mon esprit d’évasion et ma créativité. Un mur aux couleurs criardes et aux multiples bibelots est distrayant, et donc tout sauf reposant. La décoration reste cependant quelque chose de personnel, mais là aussi la notion « less is more » prend tout son sens. Alors allez-y mollo sur la déco !!

21) Déterminer ses parfums préférés

En tant que personne hyper sensible j’ai beaucoup de mal à entrer dans un ascenseur ou une pièce exiguë, avec une personne très parfumée, je ne supporte pas le spray désodorisant et j’ai abandonné le parfum depuis cinq ou six ans. Je me suis rendu compte qu’il me collait d’insupportables migraines.

Mais je comprends que nous soyons attachés à afficher notre odeur comme un bijou olfactif. Je pense cependant qu’un parfum doit être unique. C’est une chose que nous devrions ne posséder quand un seul exemplaire et faire que son odeur marque votre présence dans la pièce sans en faire une nuisance. Les enfants sont très sensibles aux odeurs, on a d’ailleurs toutes des odeurs qui nous rappellent notre enfance ou un être cher. C’est pour cela que vous devez choisir votre parfum comme une pièce unique qui vous représente. Je vous conseille d’ailleurs si vous en avez les moyens ou l’envie, de vous faire faire un parfum sur mesure, confectionné avec vos fragrances préférées.

22) Désencombrement des médicaments

Ce n’est pas un scoop si je vous dis que nous français, sommes les plus grands consommateurs de médicament. Je trouve ce titre des moins prestigieux, surtout quand on sait à quel point prendre des médicaments peut être nocif sur la durée et provoquer certaines dépendances. Je me suis mise aux huiles essentielles depuis trois ans et j’ai nettement réduit ma consommation de pilules et autre ibuprofènes. Parfois, un bon bol d’air vaut mieux qu’une aspirine. À l’étranger, il n’est pas rare d’acheter des médicaments à l’unité. Je trouve que cette méthode est idéale, elle limite le gaspillage, l’auto-médication, et évite les accidents comme le surdosage. Tout cela pour dire que réduire ses médicaments n’est pas seulement une question de minimalisme mais aussi une question de santé. À méditer …

23) Désencombrement des câbles, prises électriques

Je ne sais pas vous, mais je cours toujours après mon chargeur de téléphone portable. Prise USB, micro USB, câble Ethernet, HDMI …

On est de plus en plus envahi par les câbles, alors que nous sommes à l'aire du sans-fil !

A chaque achat d’un nouveau smartphone on nous donne son chargeur, que nous avons déjà en trois exemplaires à la maison. Bref, je pense qu’il est temps de faire un tri dans tous ces fils avant de littéralement péter un câble !! Pour ne plus courir après mon chargeur, j’ai décidé de le ranger systématiquement dans mon sac à main. Comme cela je sais où il est. Un chargeur par personne et non pas, un chargeur à chaque prise de la maison. La guerre des fils est en marche.

désencombrer ses fils et ses câbles

Le marketing est une arme de consommation massive et les marques de grande distribution l’ont bien comprises, leurs buts : Multiplier les envies et les besoins et remplir les maisons d’inutile et de superflu !

Comment renoncer à acheter ? Comment apprendre à refuser ? C’est difficile et je ne peux vous en blâmer. Pour apprendre à freiner ces achats compulsifs, il est important de voir plus loin. Pour cela, il faut apprendre à regarder au-delà du prix attractif et penser à la manière dont l’objet a été fabriqué. En nous sensibilisant sur le coût écologique et humain des conséquences de la surconsommation, nous arriverons à repenser notre propre système d’achat.

Même si l'étape du désencombrement est longue et semée d'embûches, la gratification qui en résulte est inestimable !

Mon article vous a aidé ? Alors aidez-moi à votre tour en le partageant sur vos réseaux sociaux en cliquant simplement sur les boutons de partage. Et surtout partagez votre témoignage avec nous un laissant un commentaire.

Cet article a 31 commentaires

  1. Encore un article super intéressant!!!
    ça me fait rire quand je lis tes articles car je me reconnais dans certaines remarques!!!
    Je fais un gros travail sur moi même pour le désencombrement,
    peu à peu, j’élimine et quel bonheur de ne plus râler sur les choses qui trainaient, en vrac depuis des lustres!!!
    Le tout, c’est de s’y mettre, mais j’ai encore du boulot!!!
    Bisous

    1. Merci Laetitia,
      Oui, moi aussi parfois je désespère mais mieux vaut en rire quand pleurer.
      L’important c’est de désencombrer à son rythme sans se décourager.
      Bon courage
      Bise
      Lucile

  2. Super article très inspirant !
    Personnellement je revis et je me sens beaucoup mieux depuis un an et demi maintenant que j’ai franchis l’étape du minimalisme, j’ai tout épuré même les relations amicales, je n’achète plus de manière compulsive mais très reflechie.

    J’ai une liseuse et que quelques livres que j’aime vraiment , trois sacs à main , j’ai vendu mon sac Vuitton dont je ne me servais pas beaucoup , les appareils électroménagers pour la plupart ont été vendu , je ne garde que mon robot kitchenaid, et lorsque je ne garde que des tenues que je porte vraiment.

    Voilà voilà.
    Bisous

    1. Bonjour Sonia,

      Bravo pour ton désencombrement, on dirait que tu as réussi à trouver ton équilibre.
      Ton témoignage est super important car je suis certaine qu’il motivera plein de monde.
      Trouver son style et définir sa personnalité est le plus important pour déterminer ce qui doit être garder ou non.
      Bonne continuation
      Au plaisir d’échanger ensemble,

      Lucile

  3. Bonjour à tous
    Ce que j’aime dans cet article c’est qu’il m’aide à visualiser les catégories, et ça c’est une approche qui peut m’aider. Un mois par catégorie, vu que je suis envahie depuis des décennies, ça me semble raisonnable. D’ailleurs c’est comme pour l’amaigrissement du corps, trop tout d’un coup est dangereux!
    Le parallèle ne s’arrête pas là, quand je « dégraisse » ma maison, je me dis que je lui soigne son cholestérol…

    1. Salut Gentiana,
      Ta métaphore de « dégraisser ta maison » m’a beaucoup fait rire, mais c’est très juste !!
      Fini les objets(kilos) superflu !
      Je suis ravie que mon article d’aide dans ta démarche.
      Bon courage et tiens nous au courant de tes progrès
      A bientôt

      1. Merci pour cet article motivant !

        Vous mettez le doigt sur quelque chose d’essentiel à mon avis : trouver son style.
        la question est difficile car répondre à « quel est mon style » équivaut à « qui suis-je » ! Personnellement, je trouve qu’y répondre est très compliqué. La démarche minimaliste est aussi une quête de sens : se trouver en choisissant.

        1. Bonjour Christine,

          Le minimalisme est avant tout une quête de soi.
          Qui suis-je ? De quoi ai-je besoin ?
          Il nous faut absolument reprendre le contrôle de nos choix et non plus laisser la société nous dire, qui nous devons être et à qui nous devons ressembler. J’ai mis du temps a ne plus m’identifier aux autres et j’avoue que ça a été une vraie libération.
          Le plus beau cadeau que l’on doit s’offrir est d’accepter qui l’on est. ^^
          Lucile

  4. Salut, bah désolé mais pour moi c est: Jamais sans mes Livres! Les sensations entre une liseuse ou tablette et le livre bah excusez moi mais y a rien à voir, j ai lu pendant 5 mois sur tablette, je vous assure que de retrouver un livre papier m a fait le plus grand bien et à mes yeux également ! Pour le reste je suis tout a fait d accord surtout que nombreuses catégories sont déjà minimalistes voir neante, pour les épices c est un peu comme les livres y en a une etagere rempli!!!! Mais je les utilise toutes, petite astuce pour qu elles se périment moins les mettre dans des petits bocaux que vous recyclés!
    Sur ce je te laisse mais sache que jamais je n abandonnerais mes livres, la valeur que je leur concède est peut être même supérieur au fait d être minimaliste, et j ai toujours beaucoup de mal avec la technologie, imagine un monde où il n y a plus de livres mais plus que des tablettes, imagine les dérives et conséquences!

    1. Chère Fanny,
      Se désencombrer est propre à chacun et comme je le répète, c’est lui qui doit s’adapter à nous et pas l’inverse. Mes articles sont là pour donner des pistes et non pas pour être suivie à la lettre. Jamais je ne dirais à qui que ce soit, d’abonner tous ces livres si ces derniers, sont une de ses plus grandes sources de joie. La tablette n’est pas non plus ce que je préfère mais elle m’a été très utile pendant mon année en Asie, c’est aussi pour cela que je la conseille. Le désencombrement est une question de choix et c’est à chacun de déterminer son essentiel.

  5. bonjour et merci pour cet article,

    je ne m’y retrouve plus dans mon désencombrement, j’ai voulu commencer sur un coup de tête sans rien organiser.

    alors j’ai tout sorti, puis ne sachant pas finalement où mettre la pluspart des choses, ou si je devais jeter ou pas, bah j’ai tout remis dans les cartons… pas du tout efficace mon désencombrement 🙁

    du coup ton artcle permet déjà de s’organiser dans la tête et de reprendre courage, je vais m’y remettre, mais cette fois avec un peu plus de discipline 😉

    simone

    1. Bonjour Simone,

      Ravie que mon article puisse t’aider.
      Le désencombrement n’a rien de facile, il s’agit de se poser les bonnes questions et de prendre le temps d’analyser ses besoins pour savoir quoi jeter.
      L’important est d’y aller étape par étape.
      Je suis sûr que tu pourras t’inspirer de certains autres articles pour avancer sereinement dans ton désencombrement.

      Bon courage
      Lucile

  6. Bonjour Lucile,

    Merci pour ta méthode, j’aurais aimé la lire il y’a quelques semaines…
    J’ai voulu profiter de mes vacances pour faire un grand désencombrement dans mes affaires, je me suis lancé la tête la première sans réfléchir par où j’allais bien pouvoir commencer !

    Alors j’ai sorti tous les vieux cartons, j’ai vidé la bibliothèque, et la vidéothèque puis le placard à chaussure et enfin les armoires à vêtement et la vaisselle… Et là misère, voir toutes ces choses m’a donné un coup au moral, j’ai finalement mis trois jours à tout re-ranger et je me suis promis d’agir avec plus de méthode la prochaine fois.

    Comptes sur moi pour écouter tes conseils lors de mes prochaines vacances.

    Merci pour ton blog

    Camille

  7. Bonjour,
    d’énormes tâches en perspective ! prendre le temps de s’y mettre.
    merci pour ces conseils.
    à bientôt,

    1. Bonjour Mireille,

      Ne te laisses pas décourager par d’énormes tâches.
      Le mieux est encore de désencombrer 15 min par jour, plutôt que 4h un samedi après midi.
      Je te conseille de télécharger gratuitement mon application qui t’aidera à mettre en place une routine de désencombrement .
      Bon courage
      Lucile

  8. Bonjour
    Je découvre votre blog et cet article …
    Et là c’est le drame : le 1er de la liste c’est se désencombrer de ses livres. …
    Horreur malheur !! les livres ne sont pas un encombrement…. triste je suis de les voir traités comme des encombrants ( de là à ce que certains les mettent à la poubelle … image insoutenable )…
    En plus ils apparaissent en premier, en premier … avant 22 autres choses dont il faut se débarrasser… avant les chaussettes, les bibelots, les alcools…
    Triste me voilà pour le reste de la journée, et qui n’ai qu’une seule envie : rentrer, et aller directement dans notre bibliothèque pour rassurer nos quelques livres (quelques, hum…) tremblant de peur à me savoir en train de vous…lire
    Sur ce bonne journée !
    PS votre blog est par ailleurs intéressant alors s’il vous plait, s’il vous plait, s’il vous plait, pitié pour nos livres !

    😉

    1. Bonjour Muriel,
      Merci pour votre commentaire.

      Je comprends tout de suite vos yeux horrifier « Non pas mes livres !! »
      Je suis certaine que quand vous pensez à eux, vous imaginez vos ouvrages préférés jetés au feu comme dans un remake de Fahrenheit 451.

      Laissez-moi vous rassurer.
      Je ne vous recommande pas de vous débarrasser de TOUS vos livres.
      On a tous dans notre bibliothèque des ouvrages que l’on n’a pas choisis, que l’on n’a pas aimés et que parfois, on se sent obligé de garder…

      Or, je trouve triste de laisser un livre prendre la poussière, je préfère le donner pour qu’il continu de remplir son rôle « informer, divertir ou émouvoir »

      J’ai moi aussi des livres que j’aime par-dessus tout et que j’apprécie de relire parfois. L’objectif de ce désencombrement est de se séparer de ceux que vous n’appréciez plus, pour pouvoir mettre vos ouvrages préférés sur le piédestal qu’ils méritent.

      J’espère avoir séché vos larmes …
      Lucile

  9. bonjour. sur toute la liste des objets à trier, je retiens uniquement pour moi : les livres, les DVD/CD, la vaisselle « d’apparat »car pour la vaisselle de tous les jours j’ai le strict nécessaire, les produits ménager même s’ils sont bio, les bijoux fantaisie tous offerts car je ne porte aucun bijou, les décorations-bibelots eux aussi souvent offerts. pour le reste, soit je n’en ai jamais eu (chapeaux, épices), soit j’ai déjà fait le tri (les draps pour le lit enfant). je ne suis pas une consommatrice effrénée, je sais m’imposer des limites (interdiction d’entreposer quoique ce soit dans le garage car il y a de grands placards dans l’appart). j’ai toujours fait du tri, parfois à dose homéopathique (le bol rempli de boutons qui ne correspondent plus aux vêtements dans l’armoire!) parfois énergiquement. cependant je trouve qu’il y a encore trop de choses chez moi. les buts pour mon désencombrement, c’est une organisation simplifiée, c’est une maison plus facile à vider le jour où j’en partirai (pas de corvée pour ma fille). pourtant je ne me considère pas comme une minimaliste. mais je m’y intéresse depuis le déménagement récent d’une amie que j’ai aidée à faire ses cartons : trop de tout, cela m’a affolée.
    alors je vide ma maison tranquillement. ce mois-ci, je me sépare d’une chose par jour. je sais, c’est peu mais je ne fais pas un concours non plus. reste à convaincre l’entourage que je ne veux plus RIEN.
    mon commentaire est long, désolée, mais je tiens à dire merci à tous ces blogs, même si le contenu se ressemble beaucoup, car on se sent moins seule (coucou la farfelue de service) et nous motivent à continuer malgré les baisses de régime.

    1. Bonjour Nathalie,

      Merci pour votre commentaire.

      Je vois que vous avez déjà bien avancé dans votre désencombrement.
      C’est intéressant de voir que vous passez pas des phases « grand chambardement » et d’autre phases par touche homéopathique.
      C’est la meilleur solution pour continuer à désencombrer sans vous décourager.

      Quelles sont les pièces qui vous poses le plus de problème dans votre désencombrement ?
      Avez vous réussit à stopper les flux entrant ?

      Bon courage et n’hésitez à demander si vous avez besoins de conseilles plus précis.
      Lucile

  10. Bonjour lucile
    Toujours très intéressant cet article que j’ai du lire et relire à plusieurs reprises.
    J’ai beaucoup aimé tous tes conseils que j’ai suivis en grande partie pour mon désencombrement. Un grand a été fait à l’automne, je me suis accordée tout l’hiver afin de voir à nouveau tout le superflu qu’il reste chez moi et au printemps je prévois une nouvelle étape « désencombrement ».

    1. Bonjour Sylvie,
      C’est une excellente idée, rien de tel que d’analyser saison après saison ce qui nous est essentiel.
      Comme je le dis souvent, nos goûts et nos besoins évolues avec le temps. Il est donc important de refaire le point de temps en temps.
      Bon courage pour ton « désencombrement de printemps ».
      Lucile

  11. Bonjour,

    Le désencombrement avance lentement mais sûrement. Merci pour vos conseils.
    Il y a un sujet de tri qui est vraiment un casse-tête chez nous: les jouets des enfants! Avec deux petits bouts de 5 ans et 2 ans, on déborde de jouets (on achète de moins en moins mais ce sont les 1ers petits-enfants et les grands-parents sont durs à convaincre concernant les cadeaux-expériences: ils font un bon pour des séances de poneys et rajoutent quelques jouets dans la botte du père Noël parce que bon, quand même, c’est quoi ces parents indignes…).. Le plus grand ne joue pas systématiquement avec tous ses jouets (quoique) mais quand j’essaie de l’amener à se séparer de quelques affaires, il a pour chacun une petite histoire, un souvenir affectueux et on voit bien que l’objet fait partie de sa vie et le rassure juste par sa présence. Dur dur de le convaincre et je ne veux pas lui forcer la main ni le prendre à son insu, je veux que l’acte de désencombrer soit réfléchi et volontaire pour lui (pour éviter qu’il accumule plus tard afin de combler un manque dû au fait que l’on ai jeté ou donné son « doudou » chéri; j’extrapole peut être un peu mais j’ai lu ce genre de choses concernant certains accumulateurs compulsifs…). Mes seules petites victoires pour qu’il se sépare d’un jouet qui est devenu trop petit pour son âge: faire un sac qui atterrit…chez sa petite soeur! (ben oui, comme ça c’est pas trop loin quand même).
    Alors, quels sont vos meilleurs conseils pour désencombrer « un peu » les jouets et ne pas attendre qu’ils soient ados pour vider les jouets de leurs deux ans?
    Merci d’avance et bonne continuation…

    Diane

    1. Bonjour Diane,

      Merci pour ton retour.
      Tu as entièrement raison, c’est à ton enfant de prendre la décision de se séparer ou non de l’objet.
      Vous avez été nombreuses à me poser cette question, j’ai donc décidé d’en faire le thème de mon prochain podcast.

      Pour le moment, essaye de déterminer avec ton fils, quels sont ses jouets préférés et quels sont ceux qu’il n’aime pas, les hiérarchiser l’aidera peut-être à faire un meilleur tri. Enfin, les enfants expérimentent à travers le mimétisme, alors s’il te vois désencombrer tes « jouets » cela pourra le motiver, n’hésite pas à en faire un jeu !
      Reste à l’écoute et rejoins-moi sur Facebook pour être informé de la parution du prochain podcast (tous les mercredi). Je te donnerai plus de détails et une méthode à suivre.
      Bon courage
      Lucile

  12. ha lala comme j’ai ri sur le paragraphe des torchons ! pile dans le mille !
    Je rangeais des torchons il y a quelques semaines et ma fille qui vit à Paris était là … et en m’entendant dire les beaux torchons dans la bonnetière, les autres dans la cuisine – j’avoue j’ai 2 grosses piles de torchons !- rangées séparément donc !- ma fille pragmatique et minimaliste d’ailleurs ! de s’écrier : comment cà des beaux torchons ? un torchon c’est un torchon !
    hé bien non justement ! les beaux brodés par mes mimines et ceux en lin sont gardés précieusement -on se demande bien pourquoi puisqu’ils sont inusables ! et les autres à la cuisine servent aussi de chiffons à tout faire ! et aussi de maniques bien qu’il y en ait ! J’ai moins de remords à les salir et les user que les autres ! Comment cà j’exagère ?je sais, je sais, je ne suis pas minimaliste hein ! enfin pas encore …
    quelques beaux torchons vont être utilisés pour l’usage prévu et les plus beaux (:D !!!) recyclés en housses de coussins super choette pour mon canapé ! bah omme je ne jette pas et mes coussins sont tout nus ! c’est moche chez une nana qui coud !

    1. Bonjour Yanne,

      Et oui même les torchons ont parfois besoins d’êtres triés.
      J’ai retrouvé des petites serviettes brodés à la main chez mes parents et quand j’ai voulus les sortir pour les mettre à la table (c’est bien plus jolie que du sopalin ) j’ai eu le droit à « Non mais ça va pas !!! On va les tâcher … »
      A quoi bon avoir de si belle choses si c’est pour les laisser ternirent au fond d’un placard.
      Je ne suis pas couturière mais je suis certaines qu’elles pourraient être utilisées pour faire des vêtements de poupée ou des petits pochons pour mettre de la lavande dans les armoires.
      Bref, il est toujours mieux de leurs trouver une seconde vie.

      Lucile

  13. sinon les recycler et les coudre en chemin de table par une tatie couturière ! ou une cousine qui vit l’aiguille à la main !
    sinon cousues ensemble ca fait un dessus de coussin, d’édredon … j’ai fait la razzia dans mes nappes à thé qui n’ont pas servies depuis des lustres et elles sont rassemblées dans un sac en papier pour être montées en patchwork pour mon lit !

  14. Merci pour cet article, je suis en train de dévorer ton blog !
    La partie « parfum » m’a beaucoup parlé, personnellement je bloque ma respiration quand je dois passer devant un Sephora ou équivalent (5m avant jusqu’à 5m après, sinon migraine assurée !).
    J’ai vécu mon enfance dans un pays du tiers monde où j’avais 2 pantalons, 2 chemises, une veste et une paire de tong ainsi qu’une unique poupée : et bien j’en garde de bons souvenirs de fabrication « maison » de billes en argiles, de cordes à sauter faites en pliant un bambou, d’escalades dans les arbres à la recherche de fruits … Et puis je suis arrivée en France et, malgré moi au départ, je me suis retrouvée avec une foule de choses … Faire marche arrière maintenant me prend un temps fou … si j’avais su !

    1. Bonjour Minhie,

      Merci pour ton retour. Grandir dans un pays du tiers monde t’apporte une différente perspective de la valeurs des choses. Tu dois savoir mieux que personne que l’objet de fait pas le bonheur. Et que l’on est capable de trouver solution et créativité dans l’inconfort et le manque. Cependant c’est tout à fait normale que dès ton arrivé en France tu a eu envie de tester et acheter de nombreuses choses. C’est en faisant des erreurs que l’on apprend.
      Au plaisir d’échanger ensemble.
      Je te souhaite une belle journée,
      Lucile

  15. Bonjour Lucile,
    Ton article tombe à point, même s’il a plus d’un an.
    Après avoir eu une prise de conscience alimentaire (sans tomber dans l’excès du veganisme), j’ai changé mes habitudes alimentaires, puis le changement s’est fait dans la SdB, avec une approche no-poo et layearling avec des produits biologiques.
    Je m’attaque maintenant au salon, même si j’ai du mal à me séparer de mes livres, mais je ne les ai pas lu depuis des années, donc autant qu’ils fassent d’autres heureux (j’en ai qu’en même gardé quelques uns).
    Après, les DVD, pourquoi les garder quand on a plus de lecteur ????
    Je comprends cette dame concernant ses livres, c »est pareil pour moi et mes vyniles, impossible de m’en séparer.
    Le plus dur, et je n’ai pas encore franchi ce cap psychologique, ce sont les cartes postale, les faire-part de naissance ou avis de décès qui sont dans une petite male. Je n’y arrive pas, trop affectif dans ces objets. Comment faire?
    En tout cas, merci pour cette méthodologie qui permet d’amorcer la démarche

    1. Bonjour Gwenaelle,
      Bravo pour tous ce que tu as déjà accompli dans ton désencombrement.
      Je suis heureuse que mon article t’aide, je sais combien ce n’est pas simple.

      Tu bloques sur les cartes postales, faire par de naissance et avis de décès. Nous avons tous notre talon d’Achille, c’est bien normal.
      Pour se départir de certains souvenirs, je commence par jeter ceux qui me rendent malheureuse.

      Si les cartes postales peuvent être réutilisées en papier peint déco pour égayer certainement pièce, les avis de décès eux ne sont que source de tristesse.
      Peut-être que tu peux commencer par là et avancer petit à petit.

      Jeter ce morceau de papier ne t’enlèvera jamais le souvenir de la personne défunte.
      Un avis de décès nous rappelle la perte de la personne, alors qu’une photo de cette même personne nous rappel sa vie. Je te conseille de conserver les souvenirs de sa vie plutôt que le rappelle de la date de ses funérailles.

      L’important est de s’entourer de choses et d’objets qui nous apporte du bonheur et nous apaise.
      Pour ta collection de cartes postales je te conseille de ne conserver que les plus belles.

      Je me souviens d’une amie qui m’en avait envoyé une de son voyage au Yémen, aussi rare que belle, je l’ai conservé. Alors que la carte postale du camping des Pins ou celle des marmottes des Alpes ne me paraît pas exceptionnelle. Encore une fois c’est bien sûr une affaire de gout.

      Bonne route sur le chemin du minimalisme.
      Au plaisir d’échanger ensemble.

Laisser un commentaire

 

Fermer le menu