Cuisiner en mode minimaliste

Cet article va parler de minimalisme alimentaire. Je tiens cependant à préciser qu’il ne s’agit pas d’un régime. De plus, je ne suis pas nutritionniste, ni médecin donc je n’ai pas vocation à vous donner des informations médicales.

Je vais plutôt vous donner des informations pleines de bon sens que nos grands- parents avaient mis en pratique et que notre génération a perdu de vue, dans notre course quotidienne.

Ce savoir ancestral est transmis de génération en génération dans n’importe quelle ethnie du monde.

Plus qu’un savoir, la cuisine est un langage qui identifie les traditions culturelles de chaque pays.

Cuisine du monde

On se souvient tous des bons repas que nous faisait notre grand-mère. Des secrets culinaires familiaux transmis de mère en fille, qui n’ont rien à envier à Cyril Lignac.

Il y avait un équilibre presque inné, une charte (on finit son assiette) avec laquelle on a grandit.

La surconsommation, le gâchis alimentaire et les plats cuisinés n’existaient pas. Nos grands-parents avaient connu la guerre, les privations, ils avaient donc un grand respect pour la nourriture qu’ils savaient si précieuse.

Notre génération ne connait que l’abondance et le fast food.

Certains enfants ne savent même pas que l’œuf sort du cul de la poule !

poules-discussion-oeufs

  • Des produits frais et de saison

Le premier point est de mettre l’accent sur la fraîcheur des produits et aussi leur provenance. Il n’est pas forcément possible financièrement pour tout le monde de consommer bio.

Mais il est possible de se faire pousser un petit potager dans son jardin, ou sur son balcon. Faire pousser ses propres légumes bio sur son balcon est une nouvelle tendance. Vous trouverez facilement des kits (sur internet ou en magasin) pour réaliser votre mini potager.

Pour la viande, je me permets de vous rappeler qu’il n’est pas nécessaire d’en manger pour être en bonne santé. Mais si vous aimez cela, je vous conseille cependant de ne pas en abuser, en manger 2 fois par semaine est nettement suffisant.

 La promotion du super marché n’est pas un gage de qualité. Favorisez les petits commerces (boucherie, charcuterie) ou mieux, faites un partenariat avec un agriculteur bio. Vous pouvez dans ce dernier cas, proposer à des amis ou voisins d’acheter avec vous en gros.

 Manger de saison est important, les tomates et les salades ne devraient pas se trouver en rayon des supers marchés toute l’année. Acheter des framboises en décembre et vous pouvez être sûr qu’elles ne sont pas bio. Vous ferez de nombreuses économies en mangeant local et de saison, et la planète vous dira merci …

  • Minimaliser la transformation de vos aliments

Aujourd’hui, on nous dit qu’il faut manger des yaourts, boire des smoothies .

Mais à quoi servent nos quenottes ?

Mâcher des aliments est pourtant bien plus sain et nutritif pour notre corps.

Les fruits et légumes crus conservent plus de 70% de leurs vitamines. Réduit en jus ou en compote, vous ne profiterez que de 20% de leurs biens faits.

De nombreuses recherches menées depuis les années 1940 par le professeur Pottenger ainsi que l’Institut Linus Pauling de Californie, ont prouvés que l’alimentation crue pouvait prévenir de certains cancers.

L’OMS et la FAO après 5 ans d’études ont révélés les conséquences catastrophique de la nourriture industrielle sur notre organisme.

Bien étendu, quand je vous parle d’alimentation crue, je parle d’une alimentation végétale. Je vous déconseille de consommer de la viande ou du poisson cru. En effet , le poisson et la viande crus sont porteurs de « salmonelles » pouvant provoquer une véritable intoxication alimentaire et de désastreux problèmes dans votre estomac. On préconise de toujours congeler la viande et le poisson avant de les manger crus.

Enfin, mastiquer permet une meilleure digestion des aliments.

Le minimalisme passe aussi par le fait de se simplifier la tâche tout en conservant les nutriments essentiels.

Les bâtonnets de légumes pour l’apéritif , trempée dans un houmous onctueux, facile, rapide et bien meilleur qu’un bol de chips.

vegan-miso-hummus1

  • Les bonnes soupes de mémé Monique

Je ne sais pas pour vous, mais je n’ai jamais oublié les bonnes soupes de ma grand-mère. Tellement onctueuses et goûteuses avec ses légumes du jardin, si bien que je ne me faisais pas prier pour finir mon assiette.

« Manges ta soupe »

los-dinosaurios-de-la-abu

Chaque dîner commençait toujours pas une soupe. En y réfléchissant, c’est tout à fait sain et diététique. L’eau nous apporte l’hydratation nécessaire et les légumes, les vitamines recommandées au bon fonctionnement de notre organisme.

A l’époque ,nul besoin de pub pour nous faire manger 5 fruits et légumes par jour .

Commencer son repas par un bol de soupe permet d’arriver plus rapidement à s’assiettée et évite donc de reprendre 3 fois du dessert. Bande de gloutons !

Ne serait-ce pas le régime idéal ?

De plus, tout le monde sait que ça rend grand et fort, c’est mémé Monique qui me la dit ! !

Froide en été, chaude et gourmande en hiver. Les soupes se déclinent pour tous les goûts avec des produits de saisons !

On trouve d’ailleurs de plus en plus de bars à soupe dans les grandes villes.

Oui, la soupe deviendrait tendance …

Indian-cuisine

 

Bien sûr, quand je vous parle de manger de la soupe, je vous supplie de la faire vous-même.

Quelques légumes coupés en morceau revenu avec de l’huile d’olive. Verser 1l d’eau et laisser mijoter.

Réduire au mixeur et hop , la bonne souplette est fin prête !

Mais évitez de les acheter en brique toute prête en supermarché, car en toute honnêteté, il n’y a rien de pire.

De nombreuses enquêtes d’association de consommateur , ont prouvés que ces soupes sont enrichies en sel, mais aussi en amidon modifié de maïs ou de blé, du glutamate monosodique ; ou même du sucre. Tout cela pour donner plus de goût et de texture.

Le problème, c’est que le glutamate pour ne citer que lui,  n’est pas très bon. Des analyses ont même révélées qu’il modifie l’indice glycémique.

Tous ces ingrédients nuisent aux qualités nutritionnelles de votre soupe, et bon ….

Ça ne vaut pas la bonne soupe de mémé Monique.

Alors à vos casseroles messieurs, dames…


Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez notre team minimaliste.

Recevez votre ebook GRATUIT :

    "DÉSENCOMBRER, le guide pour bien débuter"

comment désencombrer sa maison


  • Doucement sur le sucre

Les Français consomment entre 25 et 35 kilos de sucre par an. Ces données comprennent seulement  le sucre que nous achetons pour notre cuisine personnelle. Mais elle ne parle pas de tous les sucres ajoutés dans les produits industriels. De la bouteille de soft-drink en passant par les céréales, les biscuits, chips et même la charcuterie. Le sucre est partout, même dans les produits salés. En Angleterre, une enquête a montré que les barquettes de poulet à l’Asiatique étaient composées de 50g de sucre dans chaque portion.

D’après l’OMS, on consommerait, sans le savoir, environ 100g de sucre ajouté par jour.

C’est votre dentiste qui va faire fortune !!

Toute cette consommation excessive de sucre apporte bien entendu, son lot de maladie, diabète, obésité, cirrhose …

Le sucre est une vraie addiction, mais il est possible de la contrôler, avec un peu de volonté et de nouvelles habitudes.

Quelques astuces très facile:

  • Commencez déjà par ne plus sucrer votre café ou votre thé. Vous retrouverez ainsi son véritable goût.
  • Dans vos pâtisseries faites maison réduisez le sucre et remplacez-le par de la cannelle, du gingembre, par exemple.
  • Préférez le sucre roux ou le stévia , au sucre blanc raffiné.
  • Enfin évitez au maximum les softs-drinks et plat industrielle, on le sait il en va de notre santé.

 

  • Passe-moi le sel

L’abus de sel est aussi mauvais que l’abus de sucre. Comme pour le sucre, le sel est présent dans tous les plats industriels. Il bouche vos artères et entraîne des maladies cardio-vasculaires. Tout cela n’est pas un scoop. Mais une petite piqûre de rappel ne fait jamais de mal. Pour ne pas répéter ce que tout le monde sait déjà,  je préfère vous proposer des solutions alternatives au sel :

  • Les épices, poivres, cumins, curcumas, vous pouvez en user et en abuser. On ne vante plus les mérites de ces formidables épices aux pouvoirs anti-cancers.

diario_de_un_gourmet

  • Le gomasio, il s’agit d’un condiment japonais fait à base de sel marin et de sésame grillé.

Je vois que vous avez déjà l’eau à la bouche !!!

 

  • Sauce soja riche en sodium, il ne faut pas en abuser. Mais elle possède de nombreux acides gras essentiels.

 

  • Sel de céleri, idéal dans un jus de tomate et apportera un goût incomparable au vos sauces bolognaises.

 

  • Et bien d’autres …

Voilà déjà de quoi agrémenter  vos plats, et n’oubliez pas de goûter votre assiette avant d’attraper la salière.

 

  • Les aliments oubliés

 

La variété de notre alimentation est la clé de notre santé. Les légumes ne se résument pas à la PDT, carotte, poireau, courgette.

Il y a plein de légumes anciens, oubliés qui sont tellement nutritifs : Artichaut, topinambour, rutabaga, fève, chourave, blette, betterave… N’oublions pas toute la gamme des cucurbitacées.

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Chaque saison propose une multitude de produits différents. Certains comme le rutabaga sont boudés, car il rappelle à nos grands-parents les restrictions pendant la guerre. Mais ces légumes de parts leurs propriétés ont sauvés beaucoup de vie durant les épisodes de famines. Pourquoi ne pas leur redonner leurs lettres de noblesse ?

 

La cuisine est un art, le chef et l’artiste ne font qu’un.

Mélanger les saveurs d’hier avec les épices d’aujourd’hui pour en faire la nourriture de demain.

Une fois votre chef-d’œuvre fini, n’oubliez pas de le partager sur les réseaux sociaux.

 

  • Prendre le temps

Le repas devrai durer en moyenne 30 minutes. Or, de nos jours, en 10 minutes top chrono, l’assiette est avalé et le dessert manger à la va-vite debout devant le frigo.

Toujours pressé comme des citrons, on ne prend plus le temps pour quoi que ce soit.

Prendre son temps est un luxe que l’on peut s’offriret pourtant plus en plus de gens souffrent de problèmes de digestion. Mais quelles en sont les causes ?

En voici quelques-unes :

 

  • Le stress bien évidemment.
  • Manger vite, ou plutôt avaler. Car on ne prend plus le temps de manger, déguster, mastiquer. On avale un sandwich sur le pouce tout en envoyant des emails ou en regardant la télévision.

Non seulement cette « pause repas » n’en est pas une, car notre cerveau est toujours « connecté » et donc occupé à tout, sauf faire une véritable pause.

Avaler un sandwich en 2 minutes, ne nous nourrit pas correctement. En effet, notre cerveau n’a pas assimilé l’information comme quoi nous étions en train de nous nourrir. Donc une fois l’aliment tombé dans notre estomac notre organisme va devoir mettre un temps fou à comprendre qu’il est temps de commencer la digestion.

Non mastiqué correctement, l’aliment sera plus long à digérer d’où le « coup de barre d’après mangé ».

Donc souvent pour éviter ce « coup de barre », les personnes trop pressées, préféreront sauter un repas.

Voilà comment commence les troubles alimentaires.

Manger ne doit pas devenir une corvée

veggies-102

Dans chaque pays du monde, manger est un rituel qui doit nous permettre de faire une pause dans notre vie quotidienne, c’est pour cela qu’on appel « la pause déjeuner ». Prendre le temps de manger, de recharger nos batteries nous aidera à être plus productif ou plus créatif par la suite.

La cuisine est aussi un jeu , laissez votre créativité s’inviter au repas et prenez plaisir à tester, goûter,découvrir de nouveau goûts.

Le minimaliste alimentaire ne consiste pas à manger tout le temps la même chose mais simplifier le temps passé en cuisine et manger des aliments brut ou peux transformés. Leurs nutriments et vitamines si cher à notre santé ne se trouve pas dans le sel, le sucre ou la sauce ajoutés mais dans le produit d’origine .

Et vous , quel  légume d’autres fois  n’avez vous pas mangé depuis des années ?

                  -moi c’était l’artichaut

Quelle est la soupe de votre grand-mère dont la saveur vous rappelle votre enfance ?

                     -moi c’était  PDT /ail, un délice crémeux sans pareil

Quel est votre plat préféré ?

                           -là je sèche, il y en a tellement …

 

 

 Vous avez aimé mon article ? Merci de le partager sur vos réseaux sociaux .

Pour toute question, je me ferai un plaisir de répondre à votre commentaire.

Partagez moi :
Share On Facebook
Share On Twitter
There are 3 comments for this article
  1. fanny at 17 h 03 min

    complètement d’accord, apéro batonnets de légumes avec sauce yaourt ails et fines herbes fait maison, en 10min. La soupe de légumes hivernales en 30min, pensez aux bouillons: des herbes, différents choux, des épices……Aprés je trouve plus facile de varier les plaisirs en été mais c’est parce que j’adore les légumes du soleil, je salive déjà a l’approche des futur ratatouille!!!!


  2. linette at 19 h 40 min

    Voila plus de 30ans (Ouille, ça me situe !) que je n’achète plus de biscuit apéro, juste petits morceaux de légumes dans sauce au fromage blanc. Avant ma petite fille raffolait de mon potage aujourd’hui ado elle achète des briques ! Je souhaite qu’elle retrouve le goût vrai des aliments. Plus de 10ans sans charcuterie la dernière fois que j’ai mangé une rondelle de saucisson c’était abominablement salé. Il faut juste un peu de bon sens et d’organisation pour faire des repas « normaux » sans additifs. Gardons le cap et de cédons pas au matraquage des industriels de l’agro-alimentaire.


    • Lucile at 3 h 35 min

      Bonjour Linette,

      Merci pour ton témoignage.

      Oh comme je donnerais cher pour retrouver le gout des bonnes soupes de ma grand-mère !

      Les noix et les amandes sont aussi très bonnes à l’apéro. Mon père à de grands amandiers et noyers dans le jardin, quand les écureuils veulent bien nous en laisser…

      Les gens, ne s’imagine pas les économies que l’on peut faire rien qu’en consommant les produits de nos jardins ou des forêts environnantes. Je pense aux marrons grillés presque oubliés de nos menus d’hivers.

      Cela fait un peu plus d’un an que j’ai arrêté la viande. La cause animale me touche, mais c’est surtout la manière dont l’industrie alimentaire produit la viande qui me dégoûte (hormone, nourrie aux OGM…) Ne nous laissons pas embobiner par leurs belles pubs.

      Chère Linette, une étude que j’ai lue il y a déjà un moment, disait que les goûts des gens changent tous les 5 ans. Je suis sûr que ta petite fille reviendra bientôt de supplier de lui donner tes meilleures recettes.


      Cordialement

      Lucile


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *