Minimalisme, faire accepter son mode de vie à son entourage

Lorsque vous décidez de vous tourner vers le minimalisme, vous passez par plusieurs phases qui peuvent choquer votre famille.

Outre le grand tri dans vos affaires, les coupes franches que vous allez faire dans votre planning et vos habitudes ne manqueront pas d’interroger, voire vexer, vos amis.

Malheureusement, il arrive très souvent que votre nouveau mode de vie soit mal perçu ou carrément critiqué par votre entourage.

S’il y a bien une épreuve que je trouve plus difficile que de vider son armoire, c’est celle d’expliquer son choix de vie aux gens. Pour la plupart, la notion même de minimalisme leur est complètement étrangère.

Exemple de conversation

  • Mamie : « Mini..Quoi ? Ah oui, ceux qui vivent comme des ermites dans les bois ! »
  • Moi : « Euh non, mamie ce n’est pas ça. Être minimaliste c’est se concentrer sur les choses essentielles de la vie en évitant de se laisser submerger par le superflu et la surconsommation. Mais on ne vit pas nécessairement dans les bois. On peut avoir un appartement en ville, ou une maison à la campagne. »
  • Le frangin : « Tu ne veux rien acheter pour toi, OK. Mais est-ce que ça veut dire que pour Noël tu n’achètes rien n’a personne ? Car si c’est le cas, ça veut juste dire que les minimalistes sont des gros radins ! »
  • Moi : « Non, ça n’a rien à voir avec de la radinerie. On en a tout simplement marre de se faire manipuler par la société de consommation. Être minimaliste, veut dire, privilégier les expériences aux biens matériels. Tu garderas un meilleur souvenir d’un beau voyage, que d’un gadget attrape poussière, non ?

Mon frangin, qui m’a tenu aux mots, m’a demandé pour cadeau de Noël, un billet d’avion pour Tahiti…

Je lui ai dit que 24 h de vol, ce n’était pas très minimaliste, il m’a cru…. Ouf

Voici un petit topo des réflexions auquel j’ai eu le droit, lorsque j’ai voulu expliquer mon style de vie minimaliste à ma famille.

Je me suis heurté à un mur d’incompréhension,.. mais pourquoi tant de haine ?

expliquer minimalisme

Lorsque vous essayez d’expliquer votre point de vu, et qu’il diffère complètement de celui que vos parents ont cherché à vous enseigner, vous vous exposez à deux sentiments :

  • l’incompréhension

Venant de votre famille et surtout de vos parents, qui vous ont élevé de la manière qu’ils pensaient être la meilleure pour vous. Ils souhaitaient vous offrir « tout ce qu’ils n’ont pas eu » et surtout « que vous ne manquiez de rien ». Donc quand vous leur expliquez que vous pouvez vivre mieux avec moins, c’est leurs signifier qu’ils ne vous on pas apporté les valeurs que vous jugez idéales, donc qu’ils ont foiré !!

  • La peur

Ils se demandent « qu’elle mouche vous a piqué » pour décider de vendre toutes vos affaires, vous séparer de la télé, vous qui leurs avez supplié d’en avoir une dans la chambre quand vous aviez 12 ans.

Alors si en plus, vous leur parlez « végétarisme » et que vous refusez à présent de manger le bourguignon de votre mère, ils vont penser que vous vous êtes fait embrigader par une secte.

Comment procéder pour se faire entendre… comprendre ?

Commençons déjà par les rassurer

Dans un premier temps, il va falloir les rassurer, leurs expliquer qu’on peut passer ses samedis aprèm à faire autre chose que du shopping, par exemple du sport, aller voir une expo ou faire un ciné.

Expliquez-leur qu’être minimaliste, et ne pas vouloir consommer à tout va, ne veux pas dire que vous ne sortirez plus voir vos potes et profiter de la vie.

Expliquez-leur que depuis… vous faites un max d’économie. Vous avez vendu la voiture, vous faites vos courses de manière raisonnées et non plus « compulsive », et que ce mois-ci vous avez économisé 20 % de votre budget habituel. Donnez-leur des chiffres concrets, expliquez-leur que cet argent sera épargné pour d’autres projets. Là, ils vous prendront au sérieux.

Dites à votre mère que depuis que vous avez décidé de vivre de façon minimaliste, vous avez divisé par 3 le temps que vous passiez à faire le ménage !

Attention, vous risquez de voir ses yeux s’illuminer comme jamais !

Leur expliquer son point de vue, mais surtout le bonheur qui en résulte

Nos parents, tout comme nos amis, veulent avant tout nous savoir heureux (se).

Alors, mettez le paquet là-dessus !

Pour les potes, la discussion est toujours plus ouverte. Certains vont penser qu’il s’agit d’une nouvelle mode, d’autres diront que consommer moins est une super idée, mais que pour eux :

« ce n’est pas simple, tu comprends ? »

Rappellez-leur que limiter ses possessions est un vrai gain de temps et d’argent, en plus on passe moins de temps à chercher ses affaires, car on  n’en a peu.

Mettez l’accent sur les économies qu’une vie minimaliste vous apporte. Tout le monde est très friand des techniques pour gagner « 3 francs, 4 sous ».

Expliquez-leur par des exemples concrets (une journée au ski, un camping, un concert…) l’importance qu’on a à favoriser les expériences plutôt que la possession.

Les expériences sont sacrées, rien ni personne ne pourra nous les enlever. Elles sont gravées dans notre mémoire à jamais, alors que le matériel est éphémère.

Si vos parents sont sceptiques, racontez-leur un souvenir d’enfance que vous avez partagé ensemble, quelque chose d’anodin, mais qui vous a marqué alors qu’à contrario, on est incapable de se souvenir de ce qu’il y avait sous le sapin il y a 2 ans.

Il est important de toujours finir son explication sur une note positive.

« Je comprends que cela ne vous intéresse pas, mais pour ma part, je ne me suis jamais senti(e) plus heureux (se) et en accord avec mes valeurs qu’en vivant de cette manière. »

Il n’y a pas meilleure recette pour les convaincre que le bonheur et la satisfaction qui se lit sur votre visage.

Les possessions ne reflètent pas les valeurs d’une personne, mais leur vanité, et même souvent, leur manque de confiance en eux.

Ne dit-on pas, par exemple, qu’un homme qui a une GROSSE voiture compense sa petite taille ?

Répondre à leurs interrogations négatives par des solutions toutes simples

Nous arrivons à l’interrogatoire final, le fameux « oui, mais.. »

C’est plus fort qu’elle, maman à peur… et ce ne serait pas une vrai maman, si ce n’était pas le cas.

minimalisme et famille

Depuis qu’elle sait que dans votre démarche minimaliste, vous décidez par exemple : de vous séparer de ta télé qui prenait la poussière, et que vous la délaissez depuis que vous avez pris un abonnement Netflix.

Maman se demande :

— « Oui, mais s’il y a un truc grave qui arrive, comme un attentat comment vas-tu le savoir ? »

Expliquez-lui que la dernière fois que des tarés ont décidés de jouer de la kalachnikov dans les rues de Paris, vous avez été informé sur les réseaux sociaux avant même que le journal télé ne prenne l’antenne.

Quand votre père, qui n’arrive pas à comprendre pourquoi vous avez vendu votre voiture (qui ne servait plus que pour partir de temps en temps en weekend et qui vous coûtait un bras), vous demande :

« Oui, mais si tu as besoin de rentrer en urgence pour nous voir, comment tu vas faire sans voiture ? »

Expliquez-lui qu’il y a le train, le bus, le covoiturage qui est plus sympa, et qu’aujourd’hui grâce à nos smarphones on peut commander un billet de train, de bus ou une place blablacar en 3 clics.

Il y a aussi, la possibilité extrême de louer une voiture de particulier à particulier si vraiment, tous les trains, bus ou covoiturages sont pleins.

Là où ils ont un doute, il y a forcément une réponse rassurante adaptée, mais préparez-vous, car les interrogations vont fuser comme des pétards un 14 juillet.


Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez notre team minimaliste.

Recevez votre ebook GRATUIT :

    "DÉSENCOMBRER, le guide pour bien débuter"

comment désencombrer sa maison


Proposez-leur de lire des ouvrages sur le sujet écrit par des personnes de leur génération

Maman continue de penser que c’est une lubie et que vous oublierez votre minimalisme dès l’hiver prochain. Or, vous savez que ce mode de vie ne date pas d’hier et qu’il touche des personnes de toute génération.

N’hésitez pas à lui faire partager vos lectures, je suis certaine qu’elle sera séduite par « l’art de l’essentiel » de Dominique Loreau.

Si papa dit que c’est un truc de nanas, proposez-lui de lire Pierre Rabhi et son ouvrage « Vers la sobriété heureuse ».

Il y a de nombreux auteurs sur le sujet du minimalisme. Ce mode de vie est apparu dans les années 70, alors depuis il a fait de nombreux émules.

Pour les amis, parlez-leur des auteurs à la mode. Je suis sûr que vos copines ont déjà entendu parler de Marie Kondo. Les copains seront plus intéressés par les dires d’un auteur américain, Léo Babauta pourrait même leur apprendre à faire un max d’économie.

La littérature, mais aussi les blogs, les groupes Facebook fleurissent de tous les côtés. Il y en a pour tous les goûts, pour toutes les sensibilités, il suffit de se baisser pour ramasser…

Tenez vos positions et soyez ferme, c’est votre décision et vous ne reviendrez pas dessus

« Qu’est-ce que je t’achète pour Noël ? »

Vous avez beau lui répéter que vous ne voulez rien, mais c’est plus fort qu’elle, maman ne peut imaginer un Noël sans que vous ayez votre cadeau sous le sapin.

Quant à lui, papa voudrait bien vous refiler la voiture de l’oncle bidule… et les copains ont prévu une boîte surprise pour votre anni.

Vous en avez marre de vous répéter, mais vous n’avez pas vraiment le choix…

Faire accepter un nouveau mode de vie demande du temps et surtout de la persévérance.

Dites à maman qu’elle peut faire une grosse boîte si ça lui chante, mais qu’à la place d’un cadeau elle vous offre une Smartbox… par exemple.

Soyez ferme avec papa, non vous ne reprendrez pas la voiture l’oncle machin, vous n’avez nulle part où la garer, puis vous n’en avez pas besoin, un point c’est tout !

Expliquez à vos potes que, si vraiment ils veulent faire une boîte surprise, qu’ils y mettent un petit billet chacun pour participer aux frais de votre projet au lieu de babioles et gadgets made in china. Ou mieux, qu’ils amènent une bonne bouteille…

Tout ce qui est liquide c’est du minimalisme, non ?

Attendez-vous à vous faire chambrer à l’avenir

Après plusieurs mois d’efforts, d’explications, vos amis et votre famille commencent à comprendre votre mode de vie minimaliste…

faire comprendre le minimalisme

Cependant, être minimaliste comporte quelques inconvénients qu’il est important de souligner.

Dorénavant, à chaque soirée, votre pote vous demanderont laquelle de vos trois chemises vous portez aujourd’hui.

Il faudra certainement vous attendre à ce qu’à votre prochain anniversaire, on vous ressorte un PowerPoint des photos de l’année, avec lesquelles, vos amis auront recréés l’intégrale de votre garde-robe.

Ne vous vexez pas, voyez les choses d’un bon côté, « les bougres » n’ont plus étés aussi créatifs depuis le concours de collier de nouille de la maternelle !

À chaque repas de famille, quand vous tendrez votre verre de vin, vous aurez le droit à la blague du frangin :

« Quoi encore vide !! Ce n’est pas très minimaliste de picoler autant » ahaha.

Il se croira drôle même si c’est la 3ème fois qu’il vous la sort. Promis, vous vous en remettrez, jusqu’à l’année prochaine…

Votre tante vous dira « oh félicitations, alors vous attendez le 3ème, ce n’est pas du minimalisme d’avoir autant d’enfants »

Vous lui rétorquerez que Léo Babauta, le fameux auteur de « l’art d’aller à l’essentiel » et précurseur de ce mode de vie, est père de 6 enfants et qu’à eux seuls, ils sont plus minimalistes que tantine et son dressing digne de la Reine d’Angleterre !

Quand vos amis viendront passer un weekend à la maison, vous vous demanderez pourquoi ils ont pris deux valises pleines à craquer pour seulement 3 jours.

Et quand vous serez invité chez des gens que vous ne connaissez pas, vous aurez une furieuse envie de jeter tout leur « bordel » à leur place. Vous aurez même repensé l’intérieur complet de leur maison version minimaliste, avant même qu’on amène le dessert.

Mais chut, faut pas le dire… ou, on va nous prendre pour des fous.

Enfin, n’oubliez pas que c’est vous qui choisissez votre vie et non les autres qui vous imposent la leur. On a le droit de ne pas être d’accord, tant que chacun est respectueux et garde un semblant d’ouverture d’esprit. Il  existe pleins de blogs minimalistes qui peuvent vous aider dans votre démarche. Contactez-moi, si vous avez des questions, je serai heureuse de vous venir en aide.

Si votre famille ou vos amis trouvent que le minimalisme c’est débile et que vous vous trompez, et bien je suis sûre que vous trouverez d’autres amis susceptibles de partager votre point de vue.

Mon article vous a aidé ? Alors aidez-moi à votre tour en le partageant sur vos réseaux sociaux en cliquant simplement sur les boutons de partage. Et surtout partagez votre témoignage avec nous un laissant un commentaire.

Partagez moi :
Share On Facebook
Share On Twitter
Minimalisme et désencombrement sur Hellocoton
There are 9 comments for this article
  1. Fanny at 9 h 15 min

    Salut, je pense pouvoir dire que j ai de la chance de ce côté là, je suis libre d organiser ma vie comme je l entends. Pas de réflexion sur pourquoi tu achetés pas ça où ça, mon caractère anticapitaliste est forgé depuis longtemps, et à l époque c est vrai certain me disait que j allais vivre dans une grotte, et je leur répondais que oui et que ça ne me dérangerait pas car j ai pas besoin de grand chose pour vivre! Au jour d aujourd’hui, la seule petite phrase qui revient est:  » tu aurais ton permis ça serais plus facile », mais la vérité est tout autre j aurais une voiture j aurais des frais en plus ce qui m aurais empêché d économiser un peu plus pour mes voyages! Finalement je pense qu autour de moi, les gens acceptent ce genre de vie et que quelque part en eux ils ont un côté minimaliste. D ailleurs la société fait que plus en plus de gens vont vers cet esprit, consommé l essentiel, le vital, ne plus acheter sur un coup de tête, par exemple : au lieu d acheter des tomates tous les 3j pourquoi ne pas avoir un pied de tomates. ….

    J avais jamais fait attention, car j ai peur des étiquettes, mais le minimaliste et la permaculture vont de paire, le minimalisme est la philosophie de la permaculture.

    Courage à ceux que leurs entourages ne comprennent pas.


    • Lucile at 10 h 13 min

      Salut Fanny,


      Je comprend ton point de vue, à quoi bon passer son permis de conduire si tu n’en a pas l’utilité, surtout vu le prix que ça coûte !

      Je connais aussi de nombreuses personnes qui vivent dans de grandes villes et possèdes une voiture.

      En ville cela coûte une fortune, entre le stationnement, la location d’un garage à cause des vols, l’essence, les amendes … alors qu’ils ont tous les transports a porté de mains.

      Je t’avoue que je ne m’y connais pas assez sur la permaculture pour en faire un comparatif au minimalisme.

      Mais je sais cependant que cette méthode est, ce qu’il y a de plus respectueux envers la nature et j’aime beaucoup la valeur qu’elle transmet.


      A bientôt

      Lucile


  2. Claire at 16 h 30 min

    Aïe Aïe Aïe… dire à ma mère que je ne voulais pas faire de virées shopping… et au bout de la cinquantième fois que je lui répète : non maman, je n’ai pas besoin d’une veste (ou tee-shirt, ou chaussettes ou autre……) ils m’ont carrément demandé ce qu’il me prenait ?!! Je leur répondait à chaque fois : « mais j’en ai pas besoin ! ». Et leur réponse : « mais on ne te comprends plus, t’aimais bien t’apprêter avant, avoir de jolies choses ».

    Oui maman, oui papa, j’ai déjà de jolies choses et ça me suffit.

    DUR DUR de se faire comprendre car mes parents sont de grands consommateurs. Tu as beau sortir des réponses très rationnelles, c’est tellement loin de leur schéma de pensée qu’il est vraiment difficile de se faire comprendre.

    Merci pour ton article ! On se sent moins seule ^^


  3. Pauline at 3 h 38 min

    Lucile, merci pour ton article, il est toujours intéressant de pouvoir lire les expériences d’autres minimalistes.


    De mon côté, j’ai énormément de mal à faire comprendre le minimalisme à mes garçons, ils prennent ça pour une mode éphémere tirée d’un magasine féminin. Du coup ton article m’a donné des idées, je vais insister sur l’économie d’argent, je pense que ça leur parle plus.

    Puis si ça ne fonctionne pas, ce n’est pas la mer à boire, je n’ai pas besoin de soutien particulier, j’aime mon mode de vie, et si les autres n’adhèrent pas…ça me fait une belle jambe !


    Pauline


    • Lucile at 4 h 20 min

      Salut Pauline,


      Je suis ravie que mon article puisse t’aider.

      N’hésite pas à venir nous raconter si ton idée à marché au près de tes garçons.

      Bon courage

      Lucile


  4. laetitia at 14 h 25 min

    Merci Lucile pour ton blog que je découvre seulement aujourd’hui…


    Je me reconnais tout à fait dans tes exemples quand tu parles des repas de famille où il faut absolument se justifier sur ma manière de penser, de vivre…mais c’est fini, ce temps là, je ne me justifie plus, si ça ne plait pas aux autres, ce n’est pas grave, l’essentiel c’est dans bien dans sa tête, dans son corps, dans sa vie…


    C’est comme quand je parle de méditation, de reiki…les gens ouvrent des yeux à s’en faire péter la rétine, même s’ils ne connaissent pas le sujet, c’est forcément que je suis rentrée dans une secte, et là, je leur réponds, surtout, n’entrez pas dans cette secte!!!


    Bonne continuation…


    • Lucile at 9 h 36 min

      Bonjour Laetitia,


      Merci pour ton commentaire.


      Tu as tout à fait raison, il faut dire stop et se détacher du jugement familial négatif.

      On ne sera jamais d’accord sur tout, c’est aussi ça, le conflit générationnel.


      L’important est d’être en accord avec soi-même car au bout du compte, c’est avec toi et toi seul que tu passeras le reste de ta vie. Les réactions parentales vindicatives sont le fruit de la peur et la méconnaissance.


      Ne laissons pas leurs doutes devenir les nôtres, montrons leurs que nos choix nous rendent heureux et ils finiront bien par se faire une raison.


      Je suis ravie que mon blog t’inspire.


      Au plaisir d’échanger ensemble,


      Lucile


  5. Franck. at 20 h 29 min

    Bonjour,

    Un article qui me fait bien sourire. Et pour cause, le simple fait de dire que je n’ai pas de télévision est un véritable choc… Il est impensable pour eux d’imaginer vivre sans…


    Et pourtant sans télévision, sans voiture, lave linge, frigo, gazinière cela ne m’empêche pas d’être parfaitement heureux…


    Mais qui peut le croire ? Peu sans doute, mais l important n’est il pas tout simplement d’être heureux ?


    A bientôt,


    Franck.


    • Lucile at 10 h 53 min

      Salut Franck,

      merci pour ton commentaire.

      C’est difficile de faire entendre à des personnes qui ne jurent que par l’argent = réussite, qu’il y a d’autre sources de bonheur que de consommer.

      Mais le plus important, c’est de le savoir soi-même. .

      Le minimalisme ne peut pas forcement plaire à tout le monde mais le temps et la curiosité les amènera peut être à changer un jour de point de vue.


      A bientôt


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *