Paroles de blogueuses minimalistes

Dans ce nouvel article j’ai décidé de donner la parole aux blogueuses minimalistes Cécile Ecot et Mino Rakotozandrini. Elles ont toutes deux sortie un livre où elles relatent leur vison du minimalisme. En effet, nous avons tous des parcours différents qui nous ont décidé un jour à vouloir posséder moins.

Je trouve cela très enrichissant de partager nos visions. J’aime à vous rappeler que le minimalisme est une philosophie de vie très personnelle. Il n’y a  pas de doctrine à suivre ni de nombre minimum d’objets à posséder, il s’agit avant tout de trouver un équilibre, SON équilibre.

Je vous présente Cécile Ecot auteure du blog Esprit Minimaliste. Elle a eu la gentillesse de bien vouloir répondre à mes questions entre deux avions qui là ramenaient chez elle, en Australie.

espritminimaliste

Je vous laisse découvrir son parcours, elle nous expliquera pourquoi elle a décidé de coucher sur papier son regard sur le mode de vie minimaliste. Aussi je vous invite à lire son livre  Minimalisme: reprenez le contrôle .

1) Qu’est-ce qui t’a amené vers le minimalisme ?

Alors pour ma part, ce fut tout un cheminement. J’ai découvert tout d’abord, et tout à fait par hasard, la nocivité des produits chimiques dans les shampoings sur le blog d’Antigone XXI. Puis j’ai commencé à m’intéresser un peu plus à ce que je consommais niveau produits de beauté et à me débarrasser des plus nocifs. Par la suite, j’ai lu le livre Zéro Déchet de Bea Johnson que l’on ne présente plus mais également beaucoup d’ouvrages sur la méditation et l’importance de se recentrer sur soi. J’en suis venue à me débarrasser petit à petit de tout ce qui semblait superflu dans ma vie. J’étais une véritable accro au shopping. Je tuais le temps dans les centres commerciaux.

2) Quelles difficultés as-tu éprouvé lorsque tu as débuté ton désencombrement ?

La difficulté majeure que j’ai rencontrée, et je pense que c’est une difficulté majeure pour chaque personne souhaitant diminuer ses possessions, fut de faire le tri dans les objets « souvenirs » donnés par mes proches, vivants ou disparus. Que ce soit des vêtements, des cadeaux d’anniversaires ou de Noël, des photos et autres… Pour le reste ce fut relativement aisé de trier et même addictif quelque part !

3) Outre le désencombrement, quelle a été l’étape la plus difficile pour toi dans ton cheminement vers le minimalisme ?

Je dirai qu’il n’y a pas eu d’autre étape difficile, si ce n’est de toujours veiller à ce que les objets ne re-rentrent pas dans la maison ! Au départ c’est assez compliqué de résister aux belles choses que l’on voit partout dans les magasins. Et puis on apprend à se demander «en ai-je vraiment besoin», «n’ai-je pas quelque chose d’équivalent à la maison ?».

4) D’après toi, est-ce que la technologie est un atout ou une faiblesse dans une démarche minimaliste ?

Je pense que cela n’a pas vraiment d’importance. Ce n’est un atout ou une faiblesse qu’en fonction de comment on l’utilise. Si par exemple on souhaite désencombrer au maximum ses placards en optant pour la numérisation et le système de Cloud c’est super ! Il ne s’agit aucunement d’une faiblesse ou d’un atout selon moi mais plutôt d’un outil que l’on utilise à bon escient ou pas. Et comme toute chose, le tout est de bien s’en servir, sans en abuser.

5) Pourquoi avoir choisi de partager ta démarche minimaliste dans un livre et en quoi ton livre est-il différent des autres ouvrages sur le minimalisme ?

J’ai décidé de partager mon cheminement et mes astuces sur mon site internet espritminimaliste.com sans aucune prétention au départ. Je voulais juste faire découvrir à mes lecteurs cet autre mode de vie car il m’a radicalement changé la vie. Je voulais partager cette découverte et le bonheur qui l’accompagne. espritminimalistelivre

Pour ce qui est de mon livre, j’ai été contactée par la maison d’édition City Edition directement. Ils ont aimé mes écrits et ont proposé de me publier. Je ne prétends aucunement que mon livre soit différent des autres ouvrages sur le sujet. Il est différent uniquement parce qu’il s’agit du mien. Je partage ce que j’ai appris, mes astuces et mon cheminement et cela s’est fait avec le support de mes différentes lectures et découvertes. Je pense que chaque livre sur le minimalisme est différent et enrichissant car on y découvre toujours de nouvelles astuces, même si certaines ont déjà été vues ailleurs car on a forcément été influence par nos lectures. On ne peut pas prétendre innover sur un tel sujet, il s’agit de minimalisme, pas de cuisine… (rires)

6) Quel est le dernier achat que tu as fait et que tu as regretté ?

Aucun. Je réfléchis vraiment tous mes achats à présent. C’est un exercice de self control assez difficile surtout pour une ex shopping-addict. Mais tout est possible !

7) Penses-tu être une minimaliste accomplie ou as-tu encore quelques lacunes à travailler et lesquelles ?

Minimaliste accomplie je le pense oui, même si chacun aura sa propre définition de ce qu’est un minimaliste accompli (le superflu de l’un est l’essentiel de l’autre). Cependant, vivant en couple, il peut parfois être difficile de conjuguer les deux. Même si de ce côté mon conjoint est plus que raisonnable ! S’il a besoin d’un objet qu’il juge nécessaire, je le laisse, tout en gardant un œil ouvert.

8) Quel conseil donnerais-tu à l’approche des fêtes pour un Noël minimaliste ?

Essayez le Secret Santa !

En Australie (en tous cas où je vis), les gens fêtent le Secret Santa. Ils notent le nom des membres de la famille sur des bouts de papiers et tirent chacun un nom au hasard. Il leur est alors attribué cette personne et doivent donc lui offrir un seul cadeau, d’une valeur déterminée à l’ avance. Par exemple, tout le monde se met d’accord pour un montant à ne pas dépasser tel que 50 dollars. Ainsi tout le monde n’a qu’un seul cadeau à faire, d’une valeur précise afin que personne ne se retrouve avec un cadeau hors de prix par exemple.


Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez notre team minimaliste.

Recevez votre ebook GRATUIT :

    "DÉSENCOMBRER, le guide pour bien débuter"

comment désencombrer sa maison


Je laisse à présent la parole à Mino Rakotozandrini l’auteur du blog Maman minimaliste qui vient de sortir le livre du même nom Maman Minimaliste. Elle nous expliquera comment sa vie de maman l’a amené à se tourner vers une vie plus simple et à écrire son livre.

23949206_10213095352791347_1611135367_o

1) Qu’est-ce qui t’a amené vers le minimalisme ?

Le minimalisme est venu à moi par hasard. Ma sœur a acheté le livre  » L’art de la simplicité  » et l’a oublié chez moi. J’ai commencé à le lire, et je ne l’ai plus lâché. Ca m’a fait un grand déclic.

2) Quelles difficultés as-tu éprouvé lorsque tu as débuté ton désencombrement ?

Ma principale difficulté a été de repenser tout mon mode de fonctionnement par rapport à la société de consommation. J’achetais souvent des petits gadgets pour me faire plaisir. Je tombais vraiment dans le cliché : acheter le bonheur. Je pensais que ces achats me rendrait plus heureuse, mais bien sûr ce fut très éphémère, et une nouvelle envie arrive très vite après. C’est sans fin.

3) Outre le désencombrement, quelle a été l’étape la plus difficile pour toi dans ton cheminement vers le minimalisme ?

Je pense que la partie qui est la moins facile (car je ne dirai pas vraiment difficile) est de dire aux proches qu’on veut fonctionner autrement. On fait face à une incompréhension au début, mais la plupart du temps, mes proches ont aussi aimé le concept.

4) D’après toi, est-ce que la technologie est un atout ou une faiblesse dans une démarche minimaliste ?

Pour moi, la technologie est un atout dans la démarche minimaliste. Je lis beaucoup, du coup j’ai une liseuse au lieu de collectionner les livres. Bien sûr, il y a les bibliothèques, mais il n’y a pas tous les livres qu’on veut.

Et mon smartphone est un outil indispensable pour moi, car il remplace beaucoup d’objets à lui tout seul.

5) Pourquoi avoir choisi de partager ta démarche minimaliste dans un livre et en quoi ton livre est-il différents des autres ouvrages sur le minimalisme ?

Ecrire un livre est un rêve de petite fille pour moi, et quand on m’a contactée pour que j’écrive sur le minimalisme, un sujet que j’aime beaucoup, je n’ai pas hésité. C’est un moyen pour faire connaître ce mode de vie à plus de personnes, qui ne connaissent pas forcément le sujet.

Ce qui différencie mon livre des autres sur le minimalisme, c’est que j’ai orienté le mien surtout sur la vie de famille (je suis maman de 3 enfants), et sur les bienfaits du minimalisme sur les enfants. On pourrait penser que le minimalisme n’est que pour les nomades sacs à dos, ou les célibataires sans enfants, mais ce n’est pas le cas :)

6) Quel est le dernier achat que tu as fait et que tu as regretté ?

C’est un achat qui date un peu car sur les récents acahts, je ne vois pas. En début d’année j’ai acheté un Kakebo, et finalement, je trouve que c’est trop contraignant pour moi, du coup, je ne l’ai pas du tout utilisé.

7) Penses-tu être une minimaliste accomplie ou as-tu encore quelques lacunes à travailler et lesquelles ?

Je ne pense pas être une minimaliste accomplie, je le dis d’ailleurs dans mon livre. D’ailleurs, c’est quoi un minimaliste accompli ? Fumio Sasaki dans son livre montre en photo une différence entre « simplicité » et « minimalisme ».  Pour lui, les minimalistes sont uniquement les extrêmes.

J’ai encore une grosse lacune à travailler : celle des jouets. Même si je me rends compte que mes enfants ont beaucoup moins déjà que la plupart des enfants, je pense qu’il vaut mieux que je diminue encore.

8) Quel conseil donnerais-tu à l’approche des fêtes pour un Noël minimaliste ?

Je conseillerai aux gens d’arrêter de penser que Noël = cadeau. C’est le meilleur moyen pour stresser à l’approche des fêtes. Pensez plutôt à la joie de retrouver vos proches, et vivez vraiment ce moment à fond. Prenez le temps de discuter, de comprendre et d’échanger avec votre famille <3

Un grand merci à Cécile et Mino de nous avoir fait partager leurs visons et leurs cheminements vers un mode de vie minimaliste, plus simple et plus zen.

Si vous avez des questions à leurs poser ou des remarques à faire, je vous invite à poster dans les commentaires 😉

Partagez moi :
Share On Facebook
Share On Twitter
Minimalisme et désencombrement sur Hellocoton
There are 6 comments for this article
  1. Routier Isabelle at 22 h 07 min

    Sympa de nous faire connaître tes « collègues «  !!

    Chacune un peu sa partie, son pays, son vécu

    C’est sur la période de Noël n’est pas propice au minimalisme

    Chez nous on privilégie aussi les retrouvailles autours de bons repas (au pluriel) et cadeaux genre chocolats, bonnes bouteilles, livres mais pas trop, photos souvenirs, mais fini les gadgets et compagnie

    Alors joyeuses fêtes à toutes et à tous


    • Lucile at 10 h 53 min

      Bonjour Isabelle,

      Merci pour ton commentaire.

      Effectivement chaque parcours vers le minimalisme est différents et c’est aussi cela qui en fait une vraie richesse.

      Et toi, qu’est ce qui t’as amené vers le minimalisme ?

      C’est vrai que les véritables valeurs de Noël ont étés engloutis par la société de consommation.

      Heureusement que l’esprit du minimalisme vous ramène aux vertus de la simplicité et du partage.

      Bonne journée

      Lucile


  2. ROUTIER ISABELLE at 17 h 09 min

    à travers nos déménagements et surtout voyages, à chaque fois je m’allège ..

    quand je vois tout ce que nos parents accumulent dans le garage et autres, ça me stresse

    et de mon coté je ne veux pas laisser un tas de bazar inutile s’il nous arrive qq chose !

    A très bientôt alors !


    Isabelle


    • Lucile at 17 h 27 min

      Il n’y a rien de mieux qu’un voyage pour alleger ces possessions.

      Car mine de rien, une fois que l’on porte toutes ces affaires ou se rend vite compte du « poid des possession ».

      C’est cette expérience qui m’a inspiré des articles comme voyagez futé, voyagez léger.


      A bientôt,

      Lucile


  3. Gerard Thomas at 14 h 22 min

    Bonjour Lucile,


    C’est très intéressant, à travers cet article on se rend vraiment compte qu’il existe plusieurs courants de pensée dans le minimalisme, héhé ça me rappelle le philo ;)))


    En tout cas je suis autant d’accord avec l’une qu’avec l’autre de vos invités.


    le jour où j’arrive à répondre AUCUN à la question « avez vous regretté un achat? » , je crois que j’aurais fait un grand pas en tant que minimaliste… c’est sûr… j’en suis encore loin, mais je m’accroche. merci pour ton blog 😉


    Gégé


    • Lucile at 17 h 24 min

      Bonjour Gérard,


      Comme vous le soulignez, il y a différentes manières d’aborder le minimalisme, c’est ce qui fait la richesse de ce mode de vie.

      Si il vous arrive encore de regretter certains achats, c’est que vous ne vous posez pas les bonnes questions, tels que:

      – Est ce que j’en ai besoin ?

      – N’ais-je pas un objet qui à la même fonction ?

      – Si je ne l’achète pas, vais-je le regretter ?


      Aussi, je vous invite a essayer de payer le plus possible en espèce, cela aide beaucoup à se rendre compte de l’argent dépensé.

      Ne vous en faite pas, vous n’êtes pas le seul.

      Il faut avancer pas à pas.


      Lucile


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *